Partager |

Paul Éluard

Paul Éluard (1895-1952) fait, en 1914, la rencontre d'une jeune Russe en exil, Helena Diakonova, qu'il surnomme Gala. Il l'épouse en 1916 et prend, avec elle, l'élan de poésie amoureuse qui se prolongera dans tous ses écrits.

 

Au sortir de la guerre, il publie Poèmes pour la Paix (1918) et participe au mouvement artistique Dada, qui mêle folie et drôlerie. En octobre 1921, Éluard et Gala rencontrent le peintre Max Ernst. Gala pose pour lui et devient son amante, sans toutefois le cacher à Éluard. En 1924, celui-ci ralie le groupe surréaliste, dirigé par son ami André Breton, avec qui il écrit "L'amour en 32 positions".

 

Tandis que ses relations avec Gala s'assombrissent, c'est au cours d'un voyage autour du monde (commencé en 1924), qu'il rencontre Nusch, surnom qu'il donne à Maria Benz, jeune trapéziste alsacienne. Cette nouvelle relation lui redonne le goût de vivre et d’écrire. Hiver 1928 : Gala rencontre Salvador Dalí, c'est le coup de foudre entre les deux et elle finit par quitter Éluard. Nusch sera alors sa nouvelle compagne et son inspiratrice durant "dix-sept années toujours plus claires". En 1929 paraît le recueil L'amour la poésie, puis en 1932 La vie immédiate. Éluard épouse Nusch en 1934. L'année suivante, il publie la plaquette Facile, illustrée de photos de Man Ray.

 

Pendant la seconde guerre mondiale, Paul Éluard s'engage dans la résistance pour chanter, avec d'autres poètes (notamment Aragon), l'espoir et la liberté. En 1945 paraissent les recueils Lingères légères et Une longue réflexion amoureuse. La mort subite de Nusch, en 1946, le plonge dans une profonde dépression, de laquelle il aura grand peine à se reprendre, mais qui ne freinera pas son écriture. En 1948 paraissent les receuils Corps mémorable et Voir. C'est également l'année où il s'engage dans la défense internationnale de la paix et où, au cours d'un déplacement à Mexico pour un congrès, il rencontre Odette, dite Dominique Lemort. Ils se marieront en 1951, soit un an avant la fin de la vie d'Éluard.

 

" Il me faut une amoureuse,
Une vierge amoureuse,
Une vierge à la robe légère. "
(in Poèmes pour la paix)

En savoir plus sur Éluard 


Ses textes

Facile est bien
Femme...
L'A.B.C. de la récitante
Le paysage nu...
Portrait en trois tableaux
Premièrement
Prête aux baisers résurrecteurs
Puisqu'il le faut
Répétions tout près du sommeil exigeant
Surgis